marais-poitevin.com

Actualités

Comment est né un savon à l'eau de peuplier ?

La savonnerie Champagne compte un nouveau produit à la sève de peuplier récoltée dans la zone Natura 2000 du Marais poitevin. Après plusieurs mois d'essais, un toxicologue a validé la formule. Entretien avec Sidonie Champagne.

Sidonie Champagne
Sidonie Champagne
Pourquoi la sève de peuplier ?

L'idée de base est de travailler avec les ressources locales en privilégiant une économie circulaire. Elle est partie du principe que le peuplier est vital à l'équilibre naturel du Marais poitevin, dont il régule le niveau d'eau (un peuplier peut absorber 400 litres d'eau par jour). Cet arbre est délaissé, il offre pourtant l'avantage de pousser vite et droit avec peu de noeuds. S'il convient à la confection des cagettes, il n'en fut pas moins utilisé autrefois comme bois de charpente. Aujourd'hui, le peuplier du Marais poitevin est sous utilisé.

Lire aussi : Cosmétique. Ils font du savon avec le lait de leurs juments

Quelles sont ses propriétés ?

Selon des témoignages d'anciens maraîchins, la sève de peuplier était récoltée pour mettre sur les verrues et était également utilisée en cas de démangeaisons. Était-ce comme je l'ai entendu dire également, un moyen de lutter contre l'eczéma ? La question reste ouverte. Des recours d'utilisateurs vont dans ce sens, mais je n'ai pas les moyens de lancer des recherches cliniques sur ce sujet.

Comment procédez-vous ?

Je filtre simplement la sève et l'incorpore à hauteur de 33 % dans mes savons. En récupérant ce qui était jeté, nous participons modestement à la valorisation d'une ressource naturelle dont les avantages étaient méconnus.

Pour l'avoir fait analyser par l'intermédiaire de l'association Aster (1) de Maillezais, on compte de nombreux oligo-éléments dans le peuplier, au même titre que dans le bouleau : entre-autres, du xilitol et du magnésium. La nature nous donne ce dont nous avons besoin. Une motivation de plus, aussi, pour utiliser dans mes savons, cet ingrédient d'un nouveau genre.

 

(1) Aster est une association qui soutient l'économie circulaire du territoire, notamment avec son projet valorisant le peuplier.

Source : Ouest France


Les artisans du coin - La Cabane Maraîchine

La Sèvre niortaise, son histoire au fil de l'eau

L'historien Jean-Pierre Andrault consacre un bel ouvrage à la Sèvre niortaise. De la source à l'embouchure, joli voyage d'un "fleuve vagabond"...

Jean-Pierre Andrault
Jean-Pierre Andrault
La Sèvre niortaise, ses courbes et contre-courbes, d'amont en aval. Une personnalité singulière, le « fleuve », à la différence de son homonyme qui se jette dans la Loire. Discrète et tranquille, la Sèvre ne serait-elle pas passée inaperçue sans le concours du Marais poitevin ? Malgré ses chantres et érudits (Etienne et Henri Clouzot, Ernest Pérochon, Pierre Moinot…), nul prince n'est né sur ses rives. François Ier, qui naquit à Cognac, ne fit-il pas de sa Charente natale le « plus beau ruisseau de France ? ». Cependant, Henri de Navarre, futur Henri IV, qui séjourna à Marans, s'émerveilla de la place et de ses « mille jardins où l'on ne va que par bateau ». Bien sûr, il y eut d'autres personnages historiques nés ou qui ont vécu en bord de Sèvre, Madame de Maintenon et son grand-père Agrippa d'Aubigné. Dans les années 1830, André-Daniel Savary, officier du Génie, écrivit pour la première fois à propos des marais mouillés la formule « grande Venise naturelle »…

" Une coulée d'existence "

Et ainsi de suite. Jean-Pierre Andrault se penche passionnément sur « un grand corps vivant » au fil d'un ouvrage richement documenté de 269 pages, « La Sèvre et ses marais, portrait d'un fleuve » (Éditions Patrimoine et médias). L'historien et universitaire d'origine niortaise a déjà commis plusieurs livres sur les Deux-Sèvres, « Les Deux-Sèvres monumentales et naturelles », « Petite histoire de Niort », collaboré à « L'Histoire de Niort ». Intarissable, Jean-Pierre Andrault connaît comme personne la Sèvre niortaise. Il l'a parcourue « à pied, à vélo, en barque et en voiture » des sources à l'embouchure, avec le regard de l'historien et géographe qui raconte tous ses méandres, donne à voir des beaux paysages et monuments méconnus, des anecdotes et tout un imaginaire qui s'y rapporte : « Un voyage dans le sillage d'une Sèvre pleine de vie », dit-il joliment. « L'eau qui s'écoule, une coulée d'existence. Le fleuve donne une image des formes de vie qui s'y sont succédé. Il nous dit l'aménagement des hommes, des biefs qui alimentent les moulins… » D'une longueur mathématique estimée à 160 km, combien vraiment ? « Il y a plusieurs Sèvre, le cours d'eau se dédouble, se ramifie dans le Marais. C'est un fleuve vagabond. »

Source : La Nouvelle République



Ouverture du MOKA Hôtel

moka.JPG
Le MOKA Hôtel est un établissement de 33 chambres climatisées et entièrement rénovées, situé à 100m de la gare TGV.

L'emplacement central de l'hôtel permet de se rendre facilement dans les restaurants, boutiques, commerces, cinémas ; la Place de la Brèche et les rues piétonnes se trouvant à 200m de l’hôtel.

Chambres Standard, chambres "confort" ou "supérieure" et chambres familiales, toutes sont climatisées, équipées de literie haut de gamme avec couette et surmatelas, télévision écran plat, plateau courtoisie, internet haut débit et wifi gratuit ; salle de bain avec douche à l'italienne ou baignoire.


Réservez dès à présent votre chambre  et profitez de l'offre « Découverte » à partir de 59 € la nuit, 8,50€ le petit déjeuner buffet au : 05 49 76 15 15.



Un jeu de piste au chateau de Terre-Neuve

Partez à la recherche du secret caché par Octave de Rochebrune dans sa demeure de Terre Neuve. Cette aventure vous est proposée gratuitement pour agrémenter la visite des plus jeunes.

first-screen-copie.jpg


Ouvert au public depuis le 1er mai, le château propose des visites guidées. Pour ceux qui ont tablette ou smartphone, un jeu de piste est organisé.


Recherchez le jeu  « Le Mystère de Terre Neuve », puis commencez à jouer sur votre smart phone ou tablette, et découvrez Terre Neuve comme vous ne l’avez jamais vu.


Téléchargez l’application Piste et trésor en cliquant sur le lien suivant :


AppStore
Androïd Market

RD 123 : la " route de la mort " enfin sécurisée

Depuis le mois de septembre dernier, une opération de réhabilitation d’envergure a été réalisée le long de la RD 123, théâtre de plusieurs accidents mortels, entre Coulon et le pont d’Irleau.

Visite de fin de chantier sous le regard du président Souchet et des techniciens de l'IBSN.
Visite de fin de chantier sous le regard du président Souchet et des techniciens de l'IBSN.

L'institution du bassin de la Sèvre niortaise (IBSN) a entrepris depuis 2000 la réalisation de programmes de travaux de renforcement des berges sur l'ensemble du tronçon Niort-Marans. La phase d'achèvement est en bonne voie, seuls quelques travaux connexes indépendamment de la phase originelle sont à pourvoir. Depuis le mois de septembre dernier, une opération d'envergure a été réalisée le long de la RD 123 entre Coulon et le pont d'Irleau. Ce chantier conséquent touche à sa fin, la réouverture de la route est programmée pour le début de la semaine prochaine.

>> VOIR notre dossier spécial "La redoutable départementale 123".

Le pied de berge a été stabilisé

En effet, ces travaux ont été contrariés par les crues hivernales, ce qui a interrompu les opérations de réhabilitation. C'est en présence de Dominique Souchet, président de l'IBSN, et des techniciens MM. Chourré et Dagbert, qu'une visite de fin de chantier vient de se tenir. L'opération a consisté à rétablir le profil d'équilibre des berges du fleuve et les habitats d'espèces associées. Pour cela, le pied de berge a été stabilisé à l'aide de pieux en châtaignier et de matériau calcaire mélangé avec de la terre végétale afin de favoriser le développement de certaines plantes des zones humides (carex, iris) emprisonnées dans une enveloppe géotextile. L'intérêt de ce dispositif est d'être positionné sous le niveau d'eau servant d'assise aux travaux de terrassement des talus avec adoucissement des pentes.
Les accotements routiers ont été reconstitués sur un linéaire de 530 m, de manière à permettre l'implantation de glissières de sécurité le long de la route départementale (sous maîtrise d'ouvrage du conseil général des Deux-Sèvres). Les financements ont été apportés par les départements de la Vendée, de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres, l'Union Européenne et 10 % par la commune de Coulon. Le coût de cette restauration des berges est de 177.800 €, la maîtrise d'ouvrage est assurée par l'IBSN, la maîtrise d'œuvre par la DDT 79, quant aux travaux, ils ont été confiés à l'entreprise Rineau de Maillezais. De quoi à rassurer les utilisateurs de la RD 123.


Source : La nouvellle République

Une boutique de produits régionaux sur internet !

la douceur de vivre poitevine

Depuis le 1er Avril 2014, on peut se procurer du farci, de l’angélique, de la troussepinette et autres produits régionaux et souvenirs du Marais Poitevin à l’adresse www.cabane-maraichine.fr.

 

Prolonger les vacances, replongez vous dans vos souvenirs, organisez une petit barbecue couleur marais ou procurez vous les ouvrages qui manquent à votre bibliothèque sur www.cabane-maraichine.fr.



Le marais poitevin retrouve son label "Parc naturel régional"

Le Conseil national de protection de la nature a rendu un avis favorable au dossier présenté par le parc interrégional du marais poitevin.

Label Parcs naturels régionaux de France
Label Parcs naturels régionaux de France


Dans un vote ce matin, le Conseil national de protection de la nature a rendu un avis favorable au dossier présenté par le parc interrégional du marais poitevin. La présidente de la Région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, salue l'aboutissement de "15 ans de travail de sauvegarde"


Les défenseurs du marais poitevin attendaient la nouvelle depuis plus de 20 ans. Le parc interrégional vient de retrouver aujourd'hui son statut de Parc naturel régional (PNR) qui lui avait été retiré en 1997. Dans un vote au ministère de l'Ecologie à Paris, jeudi 20 mars, le Conseil national de protection de la nature (CNPN) s'est prononcé en faveur du dossier présenté le parc, par 17 voix pour, 11 contre et 2 abstentions. Le décret de classement pourrait être signé "dès le mois de mai", selon la députée PS des Deux-Sèvres, Delphine Batho.

Présenter le dossier a été difficile


Mais la route a été longue. Comme le souligne le président du parc du marais poitevin, Yann Hélary (également candidat aux élections municipales à La Rochelle sur la liste de Jean-François Fountaine (Indépendant)), "présenter le dossier a été difficile" en raison de la complexité à trouver un consensus, sur place. Les obstacles ont été franchis les uns après les autres. Notamment, l'approbation progressive d'un projet de charte soumis aux différentes instances locales. Depuis l'adoption du texte par 93 des 95 communes du parc, mais aussi par les départements des Deux-Sèvres, de Charente-Maritime et de Vendée et les régions Poitou-Charentes et Pays-de-la-Loire en début d'année, on savait que le marais poitevin était susceptible de retrouver son statut de Parc national régional, avant l'été. 

L'aboutissement de "15 ans de travail"​

Dans un message diffusé sur le réseau Twitter un peu après 16h, la présidente de la Région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, a salué la nouvelle. "Le Marais poitevin commun (aux) régions Poitou Charentes et Pays de Loire récupère enfin son label de Parc Naturel". Elle souligne que c'est là, l'aboutissement de "15ans de travail de sauvegarde".

Delphine Batho, députée PS des Deux-Sèvres, a également salué la nouvelle. Elle se réjouit "que le Marais poitevin bénéficie enfin d'une reconnaissance nationale". Jointe par téléphone, l'ancienne ministre de l'Ecologie a rappelé qu'elle avait "relancé (le projet) quand j'étais ministre. Je suis très heureuse que tout le monde se soit mobilisé pour qu'il aboutisse. C'est un dossier qui rassemble." Mais surtout, elle souligne que "ce label parc naturel aura une incidence sur le tourisme."

Le Parc interrégional du marais poitevin avait obtenu le label de PNR en 1979, mais l'avait perdu en 1997. En 2009, le CNPN avait émis un avis défavorable à la labellisation, en raison de la disparition des prairies humides au profit de l'agriculture céréalière intensive, notamment en Vendée.

Le parc bénéficiait néanmoins du label Grand site de France, qui n'incluait que la Venise verte. Le label PNR, lui, inclut l'ensemble du parc, jusqu'à la baie de l'Aiguillon (côte vendéenne).

Clément Massé
Publié le 20/03/2014 | 18:28


+ d'infos France 3 Poitou-Charentes

Le musée maraîchin à Coulon promis à la taille départementale

Et dire qu’en 2008 le musée a failli disparaître !

Le tourisme maraîchin consacré par la ministre, Sylvia Pinel, lors de sa venue en juillet 2012, à l'occasion de l'assemblée générale de la Fédération des comités de tourisme départementaux.
Le tourisme maraîchin consacré par la ministre, Sylvia Pinel, lors de sa venue en juillet 2012, à l'occasion de l'assemblée générale de la Fédération des comités de tourisme départementaux.

Les conseillers généraux voteront en septembre sur l’intégration de la Maison du Marais poitevin parmi les pôles science et nature de la collectivité. Et dire qu’en 2008 le musée a failli disparaître !

Créée en 1988 à Coulon, la Maison des marais mouillés devrait obtenir cet automne une reconnaissance départementale, après avoir failli disparaître à la fin des années 2000. Devenue Maison du Marais poitevin (MMP) en 2009, la structure, dont le bâti appartient à la commune, a sérieusement tangué en 2008-2009, affichant 70.000 € de dettes et peinant à payer son personnel.

Le coup de pouce du Parc

Président de la Maison depuis juin 2008, Gérard Zabatta a permis le sauvetage en convainquant ses collègues du nouvel exécutif départemental d'accompagner le redressement. D'où une enveloppe exceptionnelle de 30.000 € en 2009, en plus des 25.000 € de subvention annuelle. Depuis, le musée coulonnais a repris des couleurs : 29.000 visiteurs en 2013, après un pic de 35.000 entrées grâce à un accueil de groupes dynamisé, 56.000 € de fonds propres et un chiffre d'affaires l'an passé de 240.000 €, représentant 80 % de son budget. Directeur depuis 2005, Benoît Christen se réjouit d'une telle part des recettes, équivalente à celle, toutes proportions gardées, du Futuroscope.
Gérard Zabatta mentionne volontiers la contribution du Parc interrégional du Marais poitevin, qui a notamment commandé à la MMP des prestations, précédemment réalisées en interne, sur un volet pédagogique. La MMP a vécu comme une consécration la venue en juillet 2012 de Sylvia Pinel, ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme, à l'occasion de l'assemblée générale de la Fédération nationale des comités de tourisme départementaux. 
Second site touristique des Deux-Sèvres derrière Zoodyssée (42.000 visiteurs l'an passé), la MMP ajoute à une activité de musée la gestion d'une boutique de produits régionaux, dont les ventes ont progressé de 4,5 %. Le 17 février dernier, profitant de l'assemblée générale de la Maison, Gérard Zabatta a annoncé l'intégration future de la MMP parmi les pôles science et nature du Département. Sous réserve d'adoption par les conseillers généraux, en septembre 2014 en séance publique, ce rapprochement avec Zoodyssée, le centre pédagogique du Cébron et l'Institut francophone de cinéma animalier* « permettra, selon Gérard Zabatta, par ailleurs vice-président du conseil général, une mise en commun de moyens et de savoir-faire, pour renforcer les politiques du Département en matière d'éducation à l'environnement et de développement durable ». Au terme d'une année 2014 de préparation et de décision, la MMP serait officiellement intégrée le 1er janvier 2015.

nr.niort@nrco.fr

* Seuls les deux premiers relèvent d'une régie commune.

Maison du Marais poitevin, 5, place de la Coutume à Coulon, ouverture du 29 mars au 11 novembre, tél. 05.49.35.81.04.

Daniel Dartigues et cor. NR, Jean-Claude Coursaud,
la nouvelle république


Voir l'article sur la nouvelle république.fr

Le Marais Poitevin n'est plus qu'à quelques coups de rame de son label

201303-aube-canards.jpg

Pour que le Marais Poitevin puisse à nouveau obtenir le label de parc naturel régional perdu en 1996, il fallait en passer par des "obligations administratives incontournables" , selon l'expression de Yann Hélary, président du PIR (Parc Interrégional du Marais Poitevin).


Parmi ces obligations, une enquête publique et la présentation de la charte à l'ensemble des communes concernées. Il existe en effet des règles à respecter, et c'est tant mieux, la valeur du label n'en est que plus significative. La charte est en somme un contrat qu'il convient d'honorer.  


Les 3 départements (Deux Sèvres, Charente Maritime et Vendée) les deux régions (Pays de la Loire et Poitou Charentes) et 93 des 95 communes du Marais Poitevin ont répondu favorablement à la présentation de la charte. L'obtention du label est pressentie pour cet automne.


En clair la label signifie : la reconnaissance du travail effectué par tous les acteurs du territoire et l'obtention de subventions européennes et françaises. Une distinction "naturelle" pour un lieu aussi magique.



Tout pour sauver le frêne têtard !

Frênes et Peupliers
La Conche de la Trigale

Les coups de vents de l’hiver ont comme d’habitude fait tomber quelques peupliers dans le marais mouillé. Et comme d’habitude, le marais s’en remettra rapidement. Les grandes silhouettes des arbres couchés sur les parcelles s’intègreront au paysage et viendront ajouter au mystère ambiant.

 

Dans la conche de la Trigale par contre, un gros frêne têtard dont les racines tenaient le coin d’une berge depuis des décennies s’est effondré ! A l’Embarcadère Cardinaud, où les guides continuent de faire visiter le Marais Poitevin en hiver, on a tout de suite prévenu les autorités compétentes. Un guide et une barque ont été mis à disposition du technicien qui s’est rendu sur place vendredi 21 février au matin.

 

La décision est prise, le frêne sera retaillé selon la technique traditionnelle qui consiste à étêter à 2m du sol, puis il sera redressé et remis à sa place. Tout le monde espère qu’il survivra à l’aventure. Une belle histoire à raconter cet été pour les guides bateliers.

 

Pour visiter le Marais Poitevin en toutes saison :

Embarcadère Cardinaud 05 49 35 90 47



Page(s):  1  2  3  4 

Accueil > Actualités
Coups de coeur

Offre séjour

Journée Rand'O

La journée à pied en liberté

Journée Rand'O

Découvrez nos journées de randonnée pédestre.Osez l'aventur...

Chambre d'hôte

Chambres d'Hôtes du Canal

Elisabeth CHOLLET-PLAT

Chambres d'Hôtes du Canal

Vous apprécierez le calme et le confort d'une propriété au b...

Se divertir

Espace Culturel du Four Pontet

Espace Culturel du Four Pontet

Durant onze années, le site du Four Pontet a été l'image de ...

Création site internet et hébergement : Azimut Communication
Création de l'habillage graphique : agence Fauve